Ginesa Cano vit à Montpellier.
Après son remarqué La parisienne de Cuba (éditions Tapuscrits),
elle nous offre, avec La couleur de la peur, un nouveau recueil de nouvelles
tout aussi surprenant et savoureux.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *